Avril 2016

Lycée Jean Monnet – Blanquefort (33)

Lettre Référence

 Une modernité reconquise

Le contexte : affimer l’identité de l’équipement

Un seul vaste site, deux lycées – l’un agricole, le premier en date, l’autre d’enseignement général (700 élèves) –, plusieurs corps de bâtiment aux styles et histoires divers : à Blanquefort, près de Bordeaux, le Conseil Régional a saisi l’occasion de réhabilitations nécessaires pour clarifier l’identité des deux établissements. « Il s’agissait de bien les dissocier, d’une part, en inscrivant le lycée agricole Bordeaux-Gironde dans le registre patrimonial inspiré par ses bâtiments, issus d’un château 1900, indique Marie Perron, chargé d’opération chez le maître d’ouvrage mandataire, Bordeaux Métropole Aménagement. D’autre part, en accentuant la modernité du lycée Jean Monnet, une construction des années 1970. »

L’enjeu : modernité et fluidité

Tout de brique enduite, le lycée Jean Monnet était autant une passoire thermique et acoustique qu’un relatif non-sens, c’est le cas de le dire, en termes de flux intérieurs : élèves et personnels entraient par la seule extrémité sud et devaient parcourir 90 m de long. L’architecte mandataire, Bruno Bassi, a adopté un double parti. D’abord : profiter de l’isolation par l’extérieur et du revêtement Trespa pour radicaliser la ligne contemporaine du bâtiment en remontant le sol quasiment jusqu’à hauteur d’allège des premières fenêtres, créant un effet de baies vitrées alignées sur les autres ouvertures (et facilitant l’accès pompiers !). Ensuite : fluidifier les circulations en ouvrant en son milieu un grand hall traversant, dont la façade verrière éclaire le nouvel escalier et lance un signal animé vers l’avenue qui le borde.

La solution WICONA : esthétique et performances techniques

Les exigences thermique et acoustique ont été satisfaites, pour la façade sur l’escalier, par un mur-rideau respirant MECANO haut sur 3 niveaux (5 m de large par 9 m de haut) et sans ouvrants, et par des portes WICSTYLE 65. Pour remplacer les menuiseries originelles en PVC, on a opté pour une solutions en outre plus esthétique : des fenêtres WICLINE 65 evo à quincaillerie cachée, qui permettent de venir buter à ras de l’ouvrant (visible).

Les bénéfices : mission réussie

Depuis la rentrée des classes 2015, après 14 mois de travaux dont un peu plus de huit en site occupé, le lycée Jean Monnet arbore enfin, au milieu d’abords également requalifiés (nouveau préau, espaces verts), la silhouette blanche contemporaine qui signe sa modernité reconquise.

  Témoignages

Bruno Bassi, Wimm Architectes, Architecte mandataire – Blanquefort, 33

« La partie la plus complexe était la nouvelle entrée (restructuration de 260 m2 et extension sur 50 m2), mais la plus grosse difficulté a consisté à récupérer les nombreux faux alignements des ouvertures en façade pour recréer une trame rigoureuse. Il y avait jusqu’à 5 cm d’écart entre les menuiseries de deux niveaux, alors que le bardage (revêtement Trespa) exigeait une pose au millimètre près. Nous avons dû recourir aux relevés d’un géomètre, puis redéfinir les dimensions pour avoir juste ce qu’il fallait de jeu, et l’entreprise Richard a procédé à un formidable travail de préparation en atelier. »

Dimitri Battendier, Directeur technique, SAS Entreprise Richard, Artigues-Près-Bordeaux (33)

« La pose de façade MECANO sur charpente métallique acier et celle de menuiseries en isolation par l’extérieur (ici sur caissons menuisés en medium) sont courantes, nous n’avons pas rencontré de problème technique particulier. Par contre, avec une pose au nu extérieur avant la mise en oeuvre de l’isolation (160 mm de laine de verre habillée de panneaux Trespa), et des ébrasements bois intérieur, nous avons pu opter pour les modèles à paumelles cachées WICSTYLE 65 evo Pour éviter des ouvertures à dormants épais, une solution non seulement plus esthétique mais aussi plus aisée en termes de pose. »

Solutions produits

 Façade MECANO (45 m2)

 Châssis WICLINE 65 evo (140 menuiseries, 430 m2)

 Portes WICSTYLE 65