Atos LP3 à Noyelles-les-Seclin (59) : Façade cadre Wictec 50 EL sur bâtiment THPE

Dossier de presse

Le bâtiment LP 3 s’inscrit sur un terrain occupé par Atos Worldline (groupe Atos Origin) depuis 1983. « Un campus » sur lequel l’agence DDL a déjà réalisé plus de 10 000 m2. Cette construction supplémentaire de 7 276 m2 de surface utile a pour vocation d’accueillir des bureaux et salles de réunions et de devenir le bâtiment d’accueil et de réception du site de Seclin d’Atos, Maître d’ouvrage. Il doit donc être un vecteur d’image du groupe. Les murs appartiennent, comme les autres bâtiments du site, à l’investisseur Eurosic.

Il fallait donc concevoir des locaux facilement modulables et divisibles à la demande de tout utilisateur. L’extension était urgente pour Atos, dont l’effectif croît rapidement à Noyelles-les-Seclin. La construction devait être réalisée dans des délais très stricts :
« Entre la décision de construire et la date de livraison, il ne s’est écoulé que 24 mois pour le dépôt de permis, les études et le chantier », souligne François Dusart, l’architecte en charge du projet.

Un système de façade dicté par l’exigence de performance

L’option de départ de mur-rideau avec doubles façades ventilées intégrant un système de brumisation pour favoriser la climatisation naturelle était difficilement envisageable compte tenu de ces délais et du budget alloué. La proposition de façade cadre formulée par Havet, l’entreprise chargée du lot menuiserie extérieure, a donc été favorablement accueillie par DDL : « Quand le système m’a été présenté, je ne me suis pas posé la question de sa fiabilité, car j’ai toute confiance dans l’entreprise Havet ». L’agence travaille depuis longtemps avec elle ! Ce système en Wictec 50 EL permet de respecter la performance thermique recherchée : apports calorifiques en hiver sur les façades bien orientées et brise-soleil plus stores vénitiens intérieurs pour éviter la surchauffe d’été.
Pour François Dusart, l’architecture particulière du bâtiment résulte de ce système de façade et de son parti pris de cadres avec éléments vitrés visibles et parties pleines « vraiment pleines », harmonisées en RAL « Aluminium gris 0960 », un coloris proposé par Havet à la place de l’aluminium anodisé naturel du bâtiment initialement prévu.

Le parement brique en façade principale et pignons nord a été imposé par le Maître d’ouvrage pour marquer le caractère nordiste de la construction et faire le lien avec les précédents bâtiments qui sont en brique.
Pour limiter au maximum la maintenance, les brise-soleil intégrés à 30 cm des vitrages sont fixes. Le nettoyage des façades est prévu à la nacelle par Atos.
La philosophie de haute qualité environnementale prônée par DDL a été modérée par des contraintes d’ordre budgétaire. Mais l’attention portée aux orientations et à la performance énergétique a été préservée.
Le bâtiment a été conçu sur le principe d’isolation par l’extérieur pour éviter les déperditions thermiques et il est doté d’une toiture végétalisée.
Les bureaux sont équipés d’un système d’éclairage intelligent.
Avec un objectif de consommation de 85 kWh/m2/an en utilisation optimale, le bâtiment atteint donc le niveau THPE (Très Haute Performance Énergétique) sur la base de la RT 2005 (-20 %).

L’utilisation des ordinateurs dans les bureaux doit limiter le besoin de chauffage ; c’est donc surtout au confort d’été qu’il fallait veiller. D’où l’intégration des brise-soleil. La mise en oeuvre de pompes à chaleur pour la production de chaud et froid a été prévue en attendant l’installation d’un système de récupération de l’énergie produite par le Data Center Atos situé à côté du LP3. Le bâtiment est ainsi autonome en cas
de changement d’utilisateur.
Une opération d’importance pour l’agence DDL, qui conforte son image. Elle fut réalisée avec grand plaisir avec Havet, souligne François Dusart, heureux que client et investisseur soient satisfaits. Il espère poursuivre l’aventure très bientôt pour la prochaine construction annoncée !

Une proposition inhabituelle

L’entreprise Havet a remporté le lot menuiserie extérieure du projet LP3. Elle était déjà partie prenante du bâtiment LP2 construit sur le même site de Noyelles-les-Seclin avec le même cabinet d’architecte, par le leader européen en paiement et transactions électroniques.
Havet a été retenu pour avoir su proposer une solution technique originale pour une façade de 2 000 m2 : une façade cadre Wictec 50 EL. « Un tel système de façade est habituellement réservé à des projets de plus grande superficie, des tours en général » souligne Olivier Delannoy, Président-Directeur General de Havet. Cette proposition ambitieuse et novatrice permettait de respecter un planning très contraignant pour la mise en oeuvre de 2 000 m2 de façade, ce qui semblait difficile à réaliser en mur-rideau traditionnel.
L’intérêt de la solution proposée par Havet était de pouvoir transformer des heures de chantier en heures d’atelier.
Cela a cependant supposé une adaptation des techniques et méthodes de travail de l’entreprise et une réorganisation complète de l’atelier. L’un des points primordiaux a été d’instaurer un réel partenariat avec l’entreprise générale qui établissait le planning d’utilisation de ses grues et des compétences de ses grutiers pour la pose, selon un timing très précis et contraignant.
La mise en oeuvre des pattes de fixation nécessaires à l’accrochage des cadres sur les façades est une étape prioritaire. Avec l’aide d’un géomètre, le positionnement des accroches et le contrôle permanent de l’exécution du gros oeuvre furent déterminants pour la phase suivante, à savoir la pose des 200 modules de façades.
C’était une première expérience de façade cadre pour l’entreprise qui a été « très bien accompagnée », très en amont, par l’équipe projet de Wicona. Une version française des profilés a été conçue pour ce projet Atos avec une épaisseur du profil réduite en profondeur, passant de 130 à 110 mm. Un aménagement rendu possible par la demande concomitante du même ordre d’une autre entreprise
française pour un chantier à Lyon.
Et le gammiste a permis à l’entrepreneur lillois de rencontrer des clients ayant déjà mis en oeuvre ce système de façade cadre pour lui en révéler « les points incontournables sur lesquels il ne faut pas déroger. Des conseils fort précieux, en particulier de la part de Didier Allouis à Lyon » note avec satisfaction Olivier Delannoy.

Dynamique de projet

La fabrication exigeant une précision drastique et une cadence stricte, alors que les éléments nécessaires étaient livrés par 30 fournisseurs dont 12 avec des éléments laqués de même RAL, l’atelier Havet a été repensé en amont pour y intégrer la production des façades cadres pour Atos tandis que d’autres chantiers étaient traités en même temps. Il a fallu mettre en place « une dynamique de projet » pour faire face aux spécificités de l’opération : « Tout le monde sur le pont en même temps, des réunions de synthèse hebdomadaires spécifiques et des chargés de projets dédiés

Des challenges à relever

Un autre challenge a été relevé : obtenir une coloration harmonieuse des différents éléments de façade, alors que la teinte choisie, le RAL gris 0960, est réputée pour différer légèrement selon les fournisseurs de poudre. Or, il fallait arriver à une coloration uniforme des cadres Wicona, des brise-soleil Solaris de Hydro, des panneaux de tôles laqués (parties opaques des façades) et autres poignées et paumelles ! Échantillonnages et contre-typages ont donc été rigoureusement effectués pour parvenir à l’harmonie indispensable. Là encore, le partenariat était un mot d’ordre incontournable.
Le pré-montage en atelier des brise-soleil a permis de diviser par 2 ou 3 le temps de pose sur chantier. Les pignons nord accueillent des châssis individuels ouvrants pompier de la gamme WICLINE 50E, avec un profil complémentaire permettant de traiter parfaitement la jonction châssis/vêture.
Ils sont posés en applique extérieure sur un mur associant parement brique, isolant et voile béton, pour en renforcer l’isolation.
Pour la pose, c’est donc l’entreprise générale qui fixait des créneaux horaires.
Les opérations ont été menées là aussi en discontinu sur un mois mais avec une grande rigueur et un calibrage précis pour la réception des camions, les livraisons et la mise à disposition des surfaces de réception des pupitres. En fonction des heures de disponibilité des grues, Havet a posé jusqu’à 3 ou 400 m2 de façade par jour. Chaque cadre de 3 m x 3,5 m muni de brise-soleil pesait quelque 400 kg. Des pupitres spécifiques en acier ont été conçus pour les recevoir et les transporter. Les modules sont composés d’un châssis choisis dans l’entreprise pour garantir que l’opération soit menée à bien. Cela nécessitait un travail d’équipe harmonieux de tous les services : BET, achats, logistique, fabrication et pose. C’était un gros pari : bouger les curseurs, modifier les réflexes et les habitudes de travail », constate Olivier Delannoy. Mais cette dynamique a bien fonctionné. Devenue une évidence, elle s’est imposée en modèle d’organisation de l’ensemble des activités de Havet : anticipation, travail d’équipe et rigueur en sont les maîtres mots.
Après l’accord trouvé avec l’architecte sur le système de façade choisi (Havet a, là aussi, travaillé très en amont avec le Cabinet DDL) et l’obtention du marché, les phases de préparation, étude, conception et l’intégration des changements d’organisation chez Havet ont pris 4 à 5 mois ; la production 2 mois. ouvrant Wicline 50E à ouvrant caché, de deux cases fixes vitrées (gamme WICTEC 50EL de WICONA adaptée au
marché français) et de 6 cases fixes en panneaux isolants tôlés. Le vitrage faiblement émissif à couches de contrôle solaire affiche un coefficient Ug de 1,1, courant pour Havet qui oeuvre dans le Nord de la France. Il contribue à la performance thermique appréciable des façades (Uw 1,4 W/m2.K) qui alternent cadres vitrés et parties opaques isolantes et contribuent à la THPE du bâtiment.

Agence DDL – Demaret Dusart et Lenne

L’agence a été créée en 1985 à partir d’un cabinet d’architectes formé en 1972. Pluridisciplinaire, mais oeuvrant davantage sur le logement que les bureaux, elle signe des bâtiments commerciaux et industriels sur toute la France et hors frontière (Roumanie). Parmi ses références, outre le bâtiment de bureaux Atos de 2002, citons la Clinique de rééducation Centre Espoir à Hellemmes près de Lille, les bureaux Septentrion à Amiens, un collectif de 90 logements BBC à Douai (Tagerim) ou la résidence Gyroplane toujours à Douai (Akerys).
Elle intègre un architecte doté d’un Master en Développement durable et « regarde tous ses projets sous cet angle », indique François Dusart. Chaque projet fait l’objet d’une notice Développement durable proposant le maximum d’éléments dans ce sens aux Maîtres d’ouvrage. Le BBC est une norme de construction déjà à l’ordre du jour pour DDL qui travaille sur un projet de maison métallique industrialisable, enveloppée dans une peau étanche en membrane sans PVC pour un promoteur social.
L’agence réalise un CA d’1 million d’euros avec une dizaine de personnes. Elle est actionnaire de l’Agence de maîtrise d’oeuvre Ex Aequo située dans les mêmes locaux de La Madeleine (59).

Havet, Menuiseries et Façades Aluminium

L’entreprise Lilloise affiche 40 années d’expérience de la menuiserie aluminium. Olivier Delannoy y est arrivé il y a 10 ans et l’a reprise il y a 5 ans. Le coeur de métier de Havet est le tertiaire, l’enseignement et l’hospitalier.
Auparavant très centrée sur la Communauté urbaine de Lille et Lens, l’activité de l’entreprise s’étend désormais à l’ensemble du Nord-Pas-de-Calais, ce qui lui offre une bonne visibilité. Elle entend relever l’enjeu majeur qu’est la fracture énergétique en développant une vision globale du bâtiment prônée par la
future RT 2012, mais déjà une réalité dans les faits : « On nous demande déjà des performances passives, note Olivier Delannoy.
Les solutions techniques existent, mais il faut que nous sachions les vendre et que le marché puisse se les offrir ».
Souvent pionnier de leur mise en oeuvre, Havet privilégie des solutions originales : « Nous allons chercher ce que les autres ne font pas ». Parmi ses chantiers phares figurent les collèges Anne Frank à Roubaix (Atelier Neveux) et Vauban à Lille (Tank Architectes), l’extension de l’hôpital privé Saint-Vincent de Paul de Lille (Cabinet Maes), ou de la Clinique de La Mitterie dans l’agglomération lilloise (Charlet Philippe, Architecte DPLG).
Il initie cet automne une solution de façade en aluminium sur ossature bois (système Wictec 50 A de Wicona) pour un groupe scolaire près de Valenciennes.

Les + du chantier

  • Une solution de façade cadre originale
  • Le système de façade conjugue performance thermique et financière
  • Les brise-soleil Solaris de Hydro contribuent au confort d’été​